Livres - Présentations avec extraits

Publié le par Guillaume Dasquié

« Al Qa’ida vaincra » Guillaume Dasquié (Privé/Flammarion, avril 2005)
Un ultime travail d’enquête – très personnel – sur les origines du mouvement Al Qa’ida et sa structure. Il renvoie surtout aux phénomènes de contestations sociales en jeu dans le monde arabe, appelés à bousculer tôt ou tard les régimes dictatoriaux en place dans la plupart des pays du Moyen-Orient et du Maghreb, et que, pour l’heure, seuls les dirigeants d’Al Qaida tentent de le capter de manière permanente.
Lire ce chapitre consacré à l'organisation tribale d'Al-Qa'ida et au recrutement des jihadistes.
Le 3 août 2006 seulement, le département américain du Trésor désignait l'IIRO comme l'une des principales organisation islamique ayant financé Al-Qa'ida :
Lire ce chapitre sur les liens de cette ONG avec la famille royale saoudienne ; sur sa présence en France et sur la décision du pôle anti-terroriste du Tribunal de Grande Instance de Paris de ne pas la poursuivre...
Lire ce chapitre sur l'affaire des réseaux salafistes présents sur l'aéroport de Roissy.
Concernant le litige avec la famille Bin Mahfouz, suite au contentieux qu'elle avait ouvert à Londres contre un précédent livre - Ben Laden, la vérité interdite - paru en 2001 (mais qui n'avait jamais été vendu en Grande-Bretagne)  :
Lire la contre-enquête et le détail des preuves matérielles collectées au 1er mai 2005 dans ce chapitre contre lequel la famille Bin Mahfouz n'a jamais porté plainte.
 
« Les Nouveaux Pouvoirs » Guillaume Dasquié (Flammarion, juin 2003)
Il s’agissait là d’un travail de recherche sur les phénomènes de privatisation du pouvoir, tels qu’ils se manifestent par exemple à travers les entreprises de lobbying initiées par des groupes privés réglant des dossiers dont la gestion était autrefois réservée aux Etats. On découvrait ainsi comment le contentieux territorial de la mer Caspienne ou comment les opérations de délinquance financière dans l’affaire des frégates de Taiwan étaient tranchés par de discrets juges privés, intervenant dans des procédures arbitrales, à la demande d’industriels.
Lire cette introduction sur les nouvelles forme de domination exercées sur les médias, ou comment les régies publicitaires adaptent des processus de censure autrefois suivis par les décideurs politiques...
Lire ce chapitre consacré au lobbying des groupes privés pour modifier certains points du droit international des frontières...  
 
« L’effroyable mensonge » Guillaume Dasquié ( La Découverte , avec Jean Guisnel, juin 2002) 
Une contre-enquête aux accents de pamphlet, publiée peu après la formidable diffusion de la thèse - échafaudée par le Réseau Voltaire - selon laquelle aucun avion n’avait percuté le Pentagone le 11 septembre 2001, et que le trou dans le bâtiment avait été produit par un missile lancé par des militaires comploteurs. Tout en apportant des preuves matérielles objectives pour invalider ces analyses très subjectives, nous avions aussi pris le parti d’en sourire…
 
« Ben Laden la vérité interdite » Guillaume Dasquié (Denoël, avec Jean-Charles Brisard,  novembre 2001)
J'ai écrit mon premier article sur Oussama Bin Laden, le fiancement d'Al-Qa'ida, en mai 1999. J'ai ensuite beaucoup travaillé sur les négociations semi-officielles entre le département d'Etat et les Talibans. Ce livre, écrit dans la fiévre des semaines qui ont suivi le 11 septembre 2001,  synthétisait  l'état de nos recherches sur le sujet. Jean-Charles Brisard, alors cadre au sein du groupe Vivendi où il travaillait sur le risque financier, était en France l'un de mes rares contacts s'intéressant également aux réseaux de financement d'Al-Qa'ida. Réunis à l'initiative de Denoël, nous avons rédigé cet ouvrage selon un plan partagé (j'ai rédigé la première partie, à l'exception du prologue, et il a rédigé la seconde).
Lire les 20 premières pages, avec les confidences de John O'Neill, ex responsable des enquêtes sur Oussama Bin Laden au sein du FBI, tué dans l'attentat du World Trate Center.
De janvier 2001 (c'est-à-dire au moment de l'investure de George W. Bush comme président des Etats-Unis) jusqu'au mois d'août 2001, j'ai travaillé sur les contacts officieux entretenus par la diplomatie américaine avec les Taliban, pour des motifs essentiellement énergétiques, en violation de l'embargo des Nations-Unies. Lors de ces contacts, en juillet 2001 à Berlin, le représentant du département d'Etat a menacé militairement les Taliban.
Lire ce chapitre sur les relations entre le département d'Etat et les Taliban jusqu'en août 2001.
Lettre d'excuse à Khaled Bin Mahfouz et à Abdulrahman Bin Mahfouz. Ces deux hommes d'affaires saoudiens, cités dans cet ouvrage sur le financement du terrorisme, ont obtenu contre moi une décision par défaut
au mois d'août 2003, en Grande-Bretagne, où ce livre n'a jamais été mis en vente et où je ne me suis pas défendu. Forts de cette condamnation par défaut, ils m'ont demandé de signer une lettre d'excuse, en contrepartie de l'abandon des dommages et intérêts fixés par la Cour de Londres à 530.000 Euros.
Lire cette lettre d'excuse, telle qu'elle a été rédigée par l'avocat des Bin Mahfouz, Laurence Harris, du cabinet Kendall & Freeman
.

« Secrètes affaires » Guillaume Dasquié (Flammarion, mars 1999)
Cette enquête, effectuée entre 1997 et 1998, suivait les développements du renseignement économique dans les services secrets des pays occidentaux, mais cherchait surtout à identifier les principaux acteurs  du renseignement privé ;  c'est-à-dire ces  sociétés qui commençaient alors à offrir à des grands groupes des prestations comparables à celles des services de renseignement des Etats. Un phénomène qui précèdera la large diffusion des pratiques dites "d'intelligence économique"...
Lire le chapitre sur le cabinet Kroll, première multinationale du renseignement.
Lire le chapitre sur la guerre  que  la DST, en France, mena contre Kroll.

Publié dans gdasquie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karine 27/01/2007 18:35

curieusement oui